Juste une petite mosaïque

image

Découvrez sa boutique en ligne ici.

C’est en Alsace, qu’en ce dimanche Justine et son chat Lu nous ouvrent les portes de leur atelier Juste une petite mosaïque. Elle nous fait découvrir son savoir-faire : la mosaïque.

Quel type de créations fabriquez-vous ?

Depuis que j’ai (re)découvert la mosaïque, je réalise des objets utiles et décoratifs (miroirs, bougeoirs, plateaux, etc.…) que je recouvre entièrement ou partiellement d’Emaux de Briare ou de verre artisanal principalement. Je réalise également, depuis peu, quelques petits tableaux. La mosaïque mêle à la fois un côté artistique et un autre plus artisanal et ce mélange me plaît beaucoup.

Quel est votre parcours dans les grandes lignes ? Comment avez-vous décidé de vous lancer et de créer votre marque ? 

J’ai découvert la mosaïque très jeune par le biais de Mr Bernard Germain, mari de ma nounou, menuisier-ébéniste de formation et touche à tout talentueux (taille de pierre, sculptures en bronze, mosaïque, peinture, marqueterie…). Mes soirées et mes vacances chez eux étaient donc naturellement très créatives ! J’ai attrapé le virus « mosaïque » à ce moment là, mais je ne le savais pas encore ! Environ 10 ans plus tard, lors d’un grand salon de loisirs créatifs, je suis tombée sur un stand proposant des kits et l’envie m’a pris de me lancer seule (comme une grande !) sans prendre aucun cours. Il y a un an, j’ai suivi un cours en ligne (dispensé par une artiste américaine) pour apprendre à découper le verre.

Au fur et à mesure et voyants que mes créations plaisaient à mon entourage, j’ai décidé de faire quelques expositions et d’ouvrir ma boutique A little Market pour toucher un plus grand public. Je pratique la mosaïque en parallèle de mon travail, pour occuper mes soirées.

Où trouvez-vous l’inspiration ?

Je m’inspire d’un bon nombre de choses que je vois, que je rêve et que j’imagine. Pour les formes et les associations de couleurs, la nature offre énormément de possibilités, la mode et la décoration aussi. L’idée de faire des dessous de plat avec des makis stylisés m’est venue en voyant ma sœur en manger ! D’autres mosaïstes m’inspirent aussi surtout pour les techniques de travail.

Décrivez-nous votre atelier ou espace de création ?

Vivant en appartement, je n’ai malheureusement pas la possibilité d’avoir une pièce dédiée à la mosaïque :(. Je pratique dans mon salon, souvent sous l’œil aiguisé de Lu, mon chat et inspecteur des travaux en cours ! Mon atelier se résume à un bureau (pour l’élaboration du modèle, les traçages, tout le travail propre…) et une vieille table (pour la découpe des matériaux, les joints et la peinture, tout le travail salissant…).

Tous mes matériaux sont quant à eux rangés où il y a de la place. C’est-à-dire dans l’armoire à coté de mes (trop ?) nombreuses chaussures, sous le meuble télé, sous le lit et j’en passe !

Quels sont vos outils indispensables pour laisser libre court à votre créativité ?

Je travaille avec :

  • Tout le nécessaire de la parfaite écolière (crayons de couleurs, feutres, crayon de papier, colle, ciseaux…) pour élaborer les modèles.
  • Deux pinces à molettes avec des écartements différents pour couper les nombreux matériaux.
  • Un coupe verre.
  • Une pince à ouvrir la coupe.
  • Parfois une lime ou une meule.
  • De la colle vinylique.
  • Des supports, en médium la plupart du temps.
  • Du joint (comme pour le carrelage).
  • Lunettes de protection.
  • Des chiffons, coton-tige et cure-dents pour le nettoyage.

Quelle est la commande ou création la plus folle que vous ayez réalisée ?

Il s’agit d’un dessous de plat en Emaux de Briare et verre. J’ai taillé tous les ronds à la pince de mosaïste. J’estime qu’il y a entre 1500 et 2000 pièces au total ! J’ai compté toutes les pièces vertes mais je vous avoue que je n’ai pas eu le courage de toutes les compter ! Pour le coup, je ne sais pas si c’est la création qui est folle ou la créatrice :) !

Avez-vous une spécialité de votre région à nous partager ?

Je suis originaire des Vosges et j’habite maintenant en Alsace mais je reste fidèle aux bonbons artisanaux de la Confiserie des Hautes Vosges (surtout ceux aux fruits rouges) !

Pouvez-vous citer trois boutiques de créateurs que vous aimez ?

Les toiles de mer de Syl, pour ses jolis tableaux avec des galets et du bois flotté

Jessica Sansiquet, pour ses superbes peintures animalières et

Aurelie Ledoux, pour ses très réalistes portraits.

À gauche, l’univers de peinture, bois flotté et petite récup’ de Les toiles de mer de Syl,
à droite les peintures animalières de Jessica Sansiquet et en bas les portraits d’Aurélie Ledoux.

Quels conseils donneriez-vous à quelqu’un qui hésite à se lancer ?

Mon conseil ? De ne surtout pas hésiter ! C’est facile et un savoir-faire n’est pas fait pour rester caché alors montrez-le ! Et quel plaisir quand on ouvre ces mails et que l’on découvre son premier « Bravo ! tu as une nouvelle vente ! ». Le succès est peut-être au bout du clic :)

Cette année, quel défi vous lancez-vous ?

Alors peut-être pas cette année mais dans celles qui suivent j’aimerais explorer d’autres techniques comme la mosaïque en volume. Pourquoi pas faire un stage avec celui que je considère comme le maître en la matière : Verdiano Marzi !

J’aimerais pouvoir réaliser de plus grandes mosaïques, mais ça ne se fera que quand j’aurai un atelier dédié.

Quelles sont les techniques à acquérir pour travailler cette matière ?

Déjà être manuel(le), je crois que c’est le plus important ! La pose directement sur le support est la plus simple à mettre en place. Le maniement des outils vient en pratiquant. Chaque matière à ses spécificités et ses outils adaptés.  Pour les différentes techniques, beaucoup de livres les expliquent, notamment ceux de Muriel Ligerot. La collection des dessins interprétés en mosaïque convient bien au débutants comme aux expérimentés avec des exemples de réalisations et de techniques. On apprend beaucoup en regardant également.

 Il faut également beaucoup (énormément ?) de patience je ne vous le cache pas ! Que ce soit pour la découpe des tesselles, qui au début n’est pas nette, ou alors pour la pose qui est fastidieuse car il faut veiller à avoir un interstice régulier entre chaque tesselle. Il ne faut surtout pas se démotiver !

crea_1jupm

Sur quels supports travaillez-vous ? Êtes-vous plutôt puriste ou généraliste?

Je travaille essentiellement sur des supports plats, en bois, medium (particules de bois agglomérées) ou verre. Pour le moment je me limite à réaliser des objets du quotidien, mes supports sont donc plutôt classiques.

Découvrez sa boutique en ligne ici et bien d’autres créations en mosaïque ici.

Merci Justine !

Si vous êtes membre de la communauté et que vous souhaitez partager votre histoire et votre savoir-faire avec nous, n’hésitez pas à envoyer un mail à camille@alittlemarket.fr.

8 Commentaires

Laisser un commentaire