Djoul Bijoux

image

Quel est votre parcours ?

Je m’appelle Julie et je suis originaire de Bretagne. J’ai un bac Arts Appliqué et un BTS stylisme de mode et une formation en web design.

J’ai travaillé quelques années à Paris en tant que petite main et styliste bijoux fantaisie avant de m’installer à Rennes en 2010. Je me consacre depuis essentiellement à l’illustration avec « Mme. Patate » et surtout à mes propres créations avec ma marque « Djoul Bijoux ».

Avez vous toujours su que vous souhaitiez en faire votre métier ?
Je sais maintenant combien je suis passionnée par le bijou mais je fais toujours à coté de la couture, de la broderie, du dessin et je souhaite aussi faire de la bande dessinée, continuer la peinture, me remettre un peu au web design et au code et m’essayer, enfin, au php. Je n’imagine pas arrêter d’apprendre un jour mais j’ai du mal à trouver du temps, entre la conception, la confection, les photos, le graphisme, toute la com’, la relation client et fournisseur, la compta, etc. c’est énormément de travail ! Il y a dans les métiers créatifs toute la partie immergée de l’iceberg qu’on ne soupçonne pas tant que la création n’est qu’un hobby. Il faut une véritable passion, beaucoup de persévérance et de la chance pour espérer en vivre… Ce n’est pas encore mon cas, mais je ne me résigne pas, je tiens à ma liberté !
2

J’ai toujours dessiné, brodé et fait des bricolages en tout genre mais en parallèle; petite; je voulais être pilote de chasse, pour voler très, très, vite. J’ai mis l’idée de côté quand j’ai compris le sens de « chasse »…

J’ai alors continué la patouille et j’ai vendu mes premiers bijoux dès le collège. C’est naturellement que j’ai fait des études artistiques durant lesquelles j’ai continué de créer des bijoux, ils avaient leur petit succès. A l’époque, je me rêvais vivant de bohème, d’amour et d’eau fraiche, créant dans un atelier sous les toits de Paris. Je me disais « quand je serai grande, je travaillerai de mes mains » mais je n’arrivais pas à choisir une spécialité. Je me suis un temps intéressée à l’animation traditionnelle pour finalement, mon bac en poche, me tourner vers la création de mode.

Après mes études, je suis revenue à mes premières amours en travaillant comme monteuse puis assistante de plusieurs créatrices de bijoux fantaisies et enfin styliste bijoux. Je n’ai jamais cessé de créer pour moi, mais c’est en quittant Paris que je me suis mise à mon compte.

Le bijou et moi n’avons cessé de nous tourner autour pendant des années, je le vois comme un objet transitionnel, un grigri, un talisman. Il est l’accessoire par excellence depuis la nuit de temps, je trouve ça magique !

3

Quelles sont vos inspirations ? Et quels sont les artistes ou les personnes qui vous inspirent ?

J’ai un très grand intérêt pour l’ornement que je retrouve dans la Mode en particulier (vêtement, bijou, maquillage, coiffure, parure, au travers les âges et dans le monde) et dans les Arts plus généralement (illu, peinture, design, archi, stylisme, bd…). Je suis sensible aux tendances et inspirée par des univers comme les mondes du rêve et de l’enfance, les contes et légendes, la botanique, la science, etc.

Je trouve finalement mon inspiration un peu partout, je suis très curieuse et surtout collectionneuse compulsive. J’ai en tête des sortes de carnets de tendance, et je fais des compilations en tous genres sur Pinterest, Pocket, PearlTree, mes disques durs et partout dans mon atelier, je me nourris de ces trésors.

J’ai un faible pour l’illustration et la peinture, je suis très touchée le Préraphaélisme, le Symbolisme et j’aime tout particulièrement l’approche globale de l’Art Nouveau et la Sécession Viennoise qui laisse se confondre artisanat et art et qui permet à ses artistes de s’exprimer aussi bien par le biais de la peinture, de l’illustration que des arts appliqués en général.

2-1

Je peux citer parmi les artistes qui m’influencent, Vasnetsov, Waterhouse, Beardsley, Mucha, Schiele, Klimt, Mackintosh, Lalique évidement, mais aussi en vrac, Béatrix Potter, Gustave Doré, Richard Scarry, Quentin Blake, Fukawa Aiko, Miro Comachiko, Yelena Bryksenkova, Wes Anderson, Valeria Dalmon, Katy Higgins, A. J. Fosik, Carlee Fernandez, Chad Wys, idiots , Ursus Wehrli, Takato Yamamoto, Tarmasz, le tampographe Sardon, Amanda Palmer, Bjork…

Je suis aussi Danbury Shakes, I waste so much time, the jealous curator, ffffound et booooooom.

Hypersensible, j’ai un grand intérêt pour le détail, j’aime la délicatesse et la finesse, les univers girly, la broderie, le liberty, les jardins anglais, les univers oniriques mais aussi l’ironie, l’absurde, le bizarre, voire le freaky. J’essaie d’allier ces différents aspects de ma personnalité dans mon travail.

4

Quel est votre réseau social préféré ?

Comme vous avez pu le voir plus haut, je suis assez accro au net et je ne fais pourtant que maintenant mes débuts sur Instagram et je commence à prendre goût à Twitter. Je flâne aussi sur ma page Facebook mais surtout je passe des heures à brasser et trier informations et images, essentiellement sur mon Pinterest, c’est un paradis pour les collectionneurs comme moi.

Citez 3 boutiques A little Market que vous aimez beaucoup

J’ai eu beaucoup de mal à réduire ma sélection, je suis le travail de pas mal de monde ici.
Je suis super fan des aquarelles toutes gaies et délicates de Thevy Guex.
J’aime beaucoup les laques magnifiques de Laklak, son bracelet Gypsophile bleu et orange est mon grand chouchou.
Et enfin j’ai beaucoup d’admiration la joaillerie contemporaine de Virginie Fantino qui propose un travail sublime, délicat, poétique et intelligent. Je fantasme sévèrement sur son sautoir « Noix » ^^.

Merci Julie d’avoir pris le temps de répondre à nos questions ! 
Retrouvez là sur sa boutique, sa page Facebook, son compte Instagram ou Twitter et ses épingles sur Pinterest

Commentaires

commentaires

Pas encore de commentaires

Laisser un commentaire